Emilie decouvre le Maroc – Part 03

Amateur

Nous regagnâmes la ferme vers 17h, Emilie dormait toujours quand le petit camion s’arrêta. Ibrahim se mit au travail immédiatement pour réparer notre voiture. Il tenait parole.

– Ibrahim? Merci pour tout, combien je te dois pour la pièce et ton temps?

– Tu ne me dois rien, c’est Emilie qui paiera avec ses jolis nichons et son beau cul

– Mais quand même…

– Je pense qu’Ahmed a quelques demandes pour elle.

Après que nous primes une douche bien méritée ensemble, Emilie ne voulut pas me sucer, me disant qu’elle en avait assez bouffe des queues pour la journée.

La soirée fut agréable avec Ahmed, Ibrahim qui nous racontèrent qu’ils avaient aidé un couple d’allemand d’une cinquantaine d’années, six mois auparavant.

– Le mec était très jaloux, ah ah dit Ahmed

– Et sa femme avait des gros nichons qui tombaient, et nous faisait des clins d’œil pour qu’on lui vienne en aide. Elle n’avait pas été baise depuis un an.

– On a endormi le mari avec une boulette de shit dans son couscous. Il est tombé raide sur le canapé, il a dormi 12h sans se réveiller, mais sa femme n’a pas fermé l’œil, elle était déchainée et voulait du cul.

– Ça c’est sûr qu’on lui en a donné! Ah ah dit Ibrahim

– On l’a déshabillé dans cette pièce, des gros nichons, mais une peau douce comme du velours, un joli cul bien écarté, et une chatte épilée. Alors elle s’est mise devant nous, nous a sucé comme une malade, on lui a craché la purée dans la bouche.

– Mon père lui a léché le cul, elle nous a dit que son mari détestait faire ça. Alors qu’elle avait vraiment une rondelle toute propre. Elle a joui deux fois.

– Et puis elle en voulait encore, alors on a appelé les ouvriers qui travaillaient sur la route, pas loin de là ou vous avez cassé la voiture. Ils sont venus, tous sales comme des poux.

– Ils l’ont mise à quatre pattes, elle avait le cul en l’air, les jambes très écartées, on pouvait voir sur dix centimètres à l’intérieur de son trou. Les mecs avaient des barreaux d’enfer, je sais plus combien ils étaient mais on aurait pu monter une équipe de foot!

– Ils l’ont baisé en levrette à tour de rôle, crachant leur foutre dans son vagin distendu. Et se sont fait léchés le cul, elle a nettoyé leurs queue degueulasses après qu’ils aient giclé dans son vagin. La pauvre dame ne le croyait pas mais les mecs étaient si nombreux que quand le dernier avait fini, le premier était frais pour recommencer.

– Je pense qu’ils l’ont niqué pendant quatre ou cinq heures. On a fait des photos d’elle, on l’avait allongé à cote du mari qui dormait, et elle écartait sa chatte rouge et couverte de sperme, et avait un grand sourire! ah ah ah. On pouvait voir dans sa chatte jusqu’ au nombril.

– Quand le mari c’est réveillé, elle dormait dans le lit à côté de lui, elle sentait la sueur et le sperme, mais il a voulu la baiser. Elle lui a dit qu’il la lèche avant sinon niet. Le pauvre con d’allemand lui a léché la chatoune, étonné de sentir l’odeur d’hommes qui émanait de la jolie chatte de sa femme.

– Quand elle est partie, elle nous faisait des petits bisous en cachette de la voiture

– Ah ah ah!

La soirée se termina gentiment et tout le monde se coucha. Il était trop tard de toute façon pour partir et on ne savait toujours pas comment payer Ibrahim et Ahmed. Emilie était très excitée de l’histoire de Ahmed, et malgré ce qu’elle s’était pris dans le hangar elle était visiblement partante pour plus.

Le lendemain, Ahmed nous attendait dans le salon, enfin il attendait surtout Emilie.

– Enlèves ce pantalon, ici tu peux rester en culotte tu sais — Ahmed

– Heu je ne sais pas… si quelqu’un vient??

– T’inquiètes pas, tout ceux qui viennent ici seront content de voir tes longues jambes, et ton cul de danoise dans sa petite culotte. D’ailleurs tu devrais être en soutien-gorge aussi, qu’on voit les pointes de tes tétés.

– Je n’en escort numaraları porte pas!!

– Encore mieux.

Emilie enleva son pantalon et son haut, découvrant sa poitrine dressée et ferme. Le vieil homme regardait avec admiration ce corps tendu, ces jambes fines et pales, et surtout les nichons bien pendus. Elle remit ses baskets.

– Viens avec moi, on va chercher les chèvres dans le pré.

– Comme ça?

– Oui, les chèvres s’en foutent, mais moi je préfère.

– Je peux venir? — Moi

– Si tu veux, c’est ta zawja après tout, ta fiancée. Elle va apprendre un peu le métier de fermier. Ibrahim a dit que Emilie paie pour la voiture.

Il mit une petite claque sur la fesse d’Emilie pour la mettre en mouvement. Alors qu’Ibrahim resta à la ferme, nous voilà tous les trois en marche pour récupérer les chèvres. Emile devant qui dandinait son joli fessier, perchée sur ses belles jambes, Ahmed juste derrière qui profitait du spectacle, et moi qui fermait le trio.

Le chemin était tout droit, en terre, et après trois cent mètres, on aperçut un enclos, et une petite construction. Les chèvres étaient dans le champ.

Ahmed dit quelque chose en arabe, et un homme sortit du cabanon. Il devait avoir vingt ans, et c’était le gardien nous dit Ahmed.

– Beaucoup de vol ici, Amir est un bon garçon, un peu idiot mais honnête

– Salaam alaikum Amir

– Wa-Alaikum-Salaam, répondit-il

Amir semblait étonné de voir la jolie femme qui s’avançait vers lui. Elle avait mis la main droite sur ses seins, comme pour se protéger de son regard. Ahmed avait certainement tout manigancé à l’avance. Amir regardait ce corps dénudé, les jambes de ma copine, et fixait son regard sur son entrejambe, la petite culotte qui laissait deviner des lèvres légèrement ouvertes. On voyait même une humidité qui transperçait le coton tout fin.

– Emilie, tu prends ce bâton, et tu ramènes les chèvres vers cet enclos.

– Comment?

– Oui tu apprends un nouveau métier aujourd’hui, fermière!

– Bon d’accord.

– Je vais l’aider. — Je dis

– Non Marc, toi tu vas t occuper d’Amir. Il en a marre de baiser des chèvres.

Il dit quelque chose à Amir en arabe. Amir baissa son pantalon et sortit sa queue. Il se branla un peu, et les dix-huit centimètres de chair se mirent à durcir. Une belle bite de jeune, mais qui sentait trop fort, le gars c’était pas douché depuis une semaine…

– Je ne sais pas Ahmed, je peux payer pour la voiture si tu veux…

– Tu paies ici Marc. Et Emilie aussi. Argent on s’en fout.

Emilie courrait dans le champ, les seins ballottant de gauche à droite, et ses cheveux blonds qui flottaient autour d’elle, tentant d’encercler les chèvres et les pousser vers le corral. Tandis que je m’agenouillais devant la bite pendante d’Amir. Je pris mon courage à deux mains, et je commençai à le branler raisonnablement, espérant en finir au plus vite. Je voyais ses bourses poilues et pleines, j entrepris de les caresser, il écarta les jambes et une odeur de foutre séché me pénétra les narines. Il devait baiser des chèvres toute la journée. J’imaginais ce gourdin et les pauvres chèvres… Je pris le sexe d’Amir dans la bouche, et j enroulai ma langue autour du gland qui déjà laissait couler un peu de pré-sperme.

– Hmmm– il dit quelque chose en arabe

– C’est bien Marc, continues, Amir dit que tu es un bon pédé, et qu’il va bien baiser ta nana après.

Ahmed nous avait amené ici pour baiser Emilie avec le demeuré Amir, j’avais bien fait de venir et d’éviter trop de désagrément à ma chérie.

Emilie courrait toujours autour des chèvres qui ne semblaient pas vraiment écouter. Elle criait en français, en danois parfois, mais les chèvres ne comprenaient que l’arabe. Ahmed vint à la rescousse avec un fouet fait de cordes

– Emilie, écartes tes bras, comme pour les encercler

escort pornoları Comme ça?

– Oui, comme ça.

Elle était en sueur, et sa petite culotte était trempée, collant à sa chatte rasée presque complètement.

Le gland allait et venait dans ma bouche, j’étais écœuré mais il valait mieux que ce soit moi qu’Emilie. A deux on s’en sortirait. Amir prit ma tête dans ses mains, et appuya, la bite entra dans ma gorge, boquant ma respiration.

– Hmmmmmmmffff

Il relâchait la pression par moment, me permettant de respirer pour aussitôt me re-enfoncer son pieu dans la gorge, je manquais vomir. Je voyais les bourses qui dansaient devant mes yeux, je les imaginais prêtes à m’inonder le palais, peut-être était-ce ce qu’il désirait?

Emilie n’arrivait pas à concentrer les chèvres, et moi je souffrais de plus en plus de cette bite nerveuse et épaisse qui me laminait la gorge. Amir était ravi du spectacle : une jolie danoise quasi à poil qui courrait les seins à l’air dans le champ, alors que je suçais pleinement son sexe pas propre.

Ahmed prit son fouet et lâcha le premier coup. Emilie hurla. Et je tournais mon regard comme je pus sur ma droite, ne lâchant pas la bite plantée en moi, qui allait et venait.

– Mais Ahmed!!!

– Emilie! tu n écoutes pas! et bang un autre coup sur ses jolies fesses.

– Ouccccch, ahhhh

– Ha ha, tu es trop jolie quand tu prends des coups de fouet Emilie.

Ahmed fouettait maintenant Emilie, sur ses jambes, son dos, ses fesses. Un cri très féminin retentissait à chaque fois, encourageant encore un peu plus Ahmed à l’entendre à nouveau.

– Whiiiip!

– Ohhhh!

– Whizzz

– Ahhh!

Puis elle réussit à pousser les chèvres dans l’enclos, heureuse d’échapper aux coups de fouets amicaux mais qui la brulaient. Elle était trempée, et tremblante de l’effort. Quant à moi, ma mâchoire était prête à claquer, la taille de son pénis avait pris possession de l’entièreté de ma bouche, un mélange de salive et de sperme, de vieille sueur, et de poils pubiens m’aidait à rendre le service attendu.

– Emilie, Amir va te baiser comme une chèvre. Mets-toi à quatre patte dans l’enclos, au milieu des chèvres… et d’abord retires cette culotte qui ne sert plus à rien.

Elle obtempéra facilement, et jeta sa culotte par-dessus l’enclos. Elle était nue en basket au milieu de vingt ou vingt-cinq chèvres qui tournaient autour d’elle. Elle était ravissante à quatre pattes, mon cœur se serra, 48h plus tôt elle était si réservée, si prude. Je voyais son petit rectangle de poil entre ses cuisses qui brillait au soleil.

– Emilie, tu peux recevoir vingt coups de fouets? pour te faire patienter?

– Oui Ahmed, mais pas trop fort… s’il te plait…

Ahmed leva le fouet et les cordes retombèrent sur le cul bombé de ma chérie qui se cambra instinctivement.

– Ahhhh

– Un!

Le fouet siffla à nouveau et les cordes laissèrent une marque rouge presque immédiatement sur le flan de la belle scandinave.

– Ahhhhh

– Deux!

Amir retira sa bite à mon grand plaisir, et enleva totalement son pantalon crade. Puis il me prit par les cheveux et m’obligea à aller à quatre pattes rejoindre Emilie. Ahmed continuait la flagellation, le corps pale rougeoyait et des petites lacérations décoraient son dos, ses fesses, et le haut de ses cuisses. Certains coups tombaient sur le côté de ses seins qui pendaient. Ahmed visait maintenant la raie de ses fesses, volontairement touchant par moment son pubis, les lèvres écartées de sa chatte et même le clitoris de la danoise.

– Ahhhhh!! oh noooooo! pas sur le clitoris…. Oh mon dieu, que c’est bon…. Ahhhh

– Dix- Huit!

– Ahhhhh!

– Dix-neuf!

– Oooooooh! le coup était tombé sur le téton droit qui était tendu comme un doigt.

– Vingt! C’est bien Emilie, tu es toute jolie et excitante escort portalı maintenant, tes sens sont réveillés, tu vas te faire baiser comme ces chèvres.

– Oh oui, mettez-moi une bite dans la chatte!

J’étais tout à cote d’elle, et je vis le pénis dressé par mes soins d’Amir avec son gland circoncis s’approcher du beau vagin endolori de ma femme. Il positionna son engin à l’entrée rougie et un peu coulante et entra brusquement sa bite dans la jeune femme.

– Ohhhh… mais que c’est bon, une autre bite bien tendue qui me déchire le trou…!

– Han! Han!

Amir lançait des assauts intenses et alternant des moments plus calmes ou il lui caressait le dos, les seins et les fesses. Il appréciait visiblement la visite d’une danoise au bout de sa queue.

Elle prenait son pied et il n’avait jamais baisé une aussi jolie fille, un corps blond et pale comme ça, les chèvres il les baisait tous les jours, dans leurs chattes bien serrées. Mais la danoise avait un vagin étroit et humide et surtout la température y était idéale. Bien loin de la froideur animale, au contraire la jolie jeune femme lui malaxait le pénis sur toute la longueur avec son vagin étroit, et augmentait encore la dureté de son membre.

De temps à autre il retirait son long pénis du trou béant et me présentait un sexe dégoulinant que je m’empressais de lécher et de nettoyer, au plus profond de ma gorge. Alors que nous étions à quatre pattes, Emilie et moi, Ahmed distribuait des coups de coups de fouets sur les fesses rouges d’Emilie. Puis Amir re introduisait son sexe et recommençait son pilonnage. Je pouvais voir le vagin de ma belle coulisser dans un sens et dans l’autre, serrant étroitement le gros pénis de l’homme, et secrétant un jus de façon continue. Cela gouttait même le long de ses cuisses.

Ahmed sortit son pénis, et l’introduisit dans la bouche d’Emilie, qui était baisée aux deux extrémités, Amir la poussait vers l’avant et elle avalait le pénis d’Ahmed encore plus.

– Cette petite est une vraie salope, un vagin trempé et chaud, et une bouche de velours qui serre le gland.

Amir plongeait son dard de toute ses forces, agrippant la belle par les hanches, et laissant les empreintes de ses gros doigts. Ses bourses allaient ébranler le clitoris de la belle à chaque impact, lançant des décharges de plaisir. Amir dit quelque chose en arabe et puis je vis qu’il se raidissait. Il jouit longuement, maintenant son pénis au plus profond, et remplissant de foutre la jeune femme.

– Ohhhh. Oh je jouis moi aussi. Ahhhhh

Emilie se cambra et poussant ses fesses vers la queue d’Amir, elle s’immobilisa pour apprécier cette jouissance obtenue après une humiliation totale, des coups de fouets, et la brutalité de ces deux hommes. La jouissance n’en était que plus belle.

Ahmed lâcha ses giclées sur le visage d’Emilie, mais elle entrouvrit ses lèvres juste à temps pour sauver la dernière éjaculation qui atterrit sur sa langue tendue.

– Ahhhh, merci, merci tout ce foutre chaud… hmmm, délicieux, comme vos petits pâtés sucres au miel, Ahmed.

Quand les deux hommes se retirèrent, je m’allongeai sur le dos, à même la paille et Emilie vint s’asseoir sur moi. Son vagin ouvert, au-dessus de ma bouche, elle contracta ses muscles de femme, et le foutre épais d Amir tomba dans ma gorge, m’inondant la langue et le palais. J avalais sans attendre puis elle frotta encore ses lèvres ouvertes sur ma langue tendue, je récupérais le foutre au plus profond. Un gout de fromage de chèvre aussi.

Enfin, elle s’accroupit sur moi, et son visage près du mien, je lui léchai le front, les joues et les lèvres, car elle était recouverte du foutre blanc d’Ahmed. Je l’embrassais, mélangeant nos langues dans un bouillon de sperme qui déjà coagulait.

– Ah mon chéri! mon dieu ces vacances c’est le paradis!

– Tu es sure chérie…? Je viens d’avaler un litre de sperme d’inconnus… sucé une bite immonde qui sortait du cul d’une chèvre…

– Oui et après? moi ils m’ont défoncé la chatte et fouetté au sang. Mais quel plaisir!

Les deux hommes nous conduisirent alors dans le bâtiment. Emilie était nue, ses seins fièrement dressés et qui résistaient parfaitement à la gravité.

– Venez on va prendre un thé, dit Ahmed

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

beylikdüzü escort