Valérie Prend Les Rênes Ch. 01-02

Ass

Valérie prend les rênes.

Chapitre1 : Présentation

Je suis nu, à quatre pattes, en train de nettoyer la margelle de la piscine avec une brosse à dents. Mon épouse Alicia trouve que c’est plus efficace pour retirer les poussières collées dans les petites anfractuosités de la pierre.

Alicia aussi est nue sur son transat, en train de siroter son apéritif. Même dans ma situation je ne peux que la trouver magnifique et encore une fois je commence à bander…pour rien. Ses seins généreux avec de jolis tétons sur un beau corps de femme mûre, avec des formes mais de la fermeté, joliment doré par le soleil. Elle porte un grand chapeau qui lui donne une classe folle. A côté d’elle, sur une table basse, un magazine de décoration, sa passion, son verre de rosé et une cravache qui ne la quitte que rarement. Surtout quand je suis près d’elle. Et bien entendu son téléphone, élément clef de son quotidien.

-Pierre !

-Oui ma chérie?

-J’ai eu Valérie au téléphone pendant que tu faisais le repassage. Elle rentre à la maison pour 6 mois. Sa boîte lui paie une spécialisation à l’Ecole Supérieure de Technique Aéronautique. Comme c’est à 20 minutes en voiture, ce sera plus simple pour elle de vivre avec nous. Super non?

Valérie est la fille unique d’Alicia. 28 ans, brillante ingénieure. Très indépendante et avec un sacré caractère. Copié collé de sa mère, avec une beauté similaire. Elle est née d’une relation 10 ans avant notre mariage.

-Ah oui, c’est génial, elle est si peu souvent avec nous. Toujours des visites éclairs entre deux projets.

-Elle arrive dans 15 jours, tu en profiteras pour remettre sa chambre à neuf. Commence par repeindre murs et plafonds, les mêmes couleurs, entre-temps je choisirai de nouveaux luminaires et quelques éléments de déco. On rafraîchit mais on garde l’esprit. Tu iras aussi lui chercher une nouvelle chaise de bureau et fais installer une ligne internet avec un max de débit rien que pour elle, elle en aura certainement besoin. Et je lui parlerai avant qu’elle n’arrive.

-Tu veux dire que …

-En effet. Pas question de mettre entre parenthèses notre relation « épouse autoritaire-mari soumis » pendant une si longue période. Quand elle venait pour 2-3 jours, ce n’était pas un problème. C’était même intéressant de faire un break. Et puis tu ne pouvais t’empêcher de faire l’une ou l’autre remarque à la con, ce qui me permettait de te corriger sérieusement dès son départ. Je me demande même si tu ne le faisais pas exprès. N’est-ce pas Pierre?

-Oui, oui en effet. Enfin, non…je ne le faisais pas exprès.

-Mais tu le faisais quand même. Je n’ai pas envie de jouer à faire semblant pendant 6 mois, en plus ce serait malhonnête. Valérie à 28 ans et tout à fait capable de comprendre que c’est cela notre style de vie. En plus, avec son caractère, je serais étonnée que cela lui déplaise. Tu peux me donner ton avis, pour une fois.

-Peut-être, je dis bien peut-être, devrions nous adapter une version plus soft dans notre relation, pour ne pas la choquer.

-Explique.

-Je ferai bien entendu le ménage et je serai à ton service mais les punitions corporelles, le cachot, tes amants…c’est beaucoup non?

-Ridicule ! Je te connais, tu en profiterais pour te la couler douce puisqu’ il n’y aurait plus de sanctions. Ensuite je ne vois pas pourquoi je devrais mettre ma vie sexuelle en veilleuse et enfin nous savons très bien que c’est aussi au travers des humiliations que tu es heureux. Et là, humilié devant ma fille cela va être le top du top pour toi…

-Et si elle ne veut pas partager cela?

-On lui louera un petit appartement et quand elle viendra le week-end on sera bien sage. Je ne vais évidemment pas rompre ma relation avec ma fille.

-Et tu crois que …

-Je suis même certaine que sa curiosité l’emportera, d’autant plus que cela correspond à son tempérament. Mais on verra. En attendant va préparer le déjeuner, je commence à avoir faim. La discussion est terminée.

Quand j’ai rencontré Alicia, mère célibataire, j’étais propriétaire d’une société informatique spécialisée dans les logiciels de sécurité pour les petites et moyennes entreprises qui ne peuvent se payer les services des grands fournisseurs. Et grâce à la qualité des produits et du service à la clientèle, ma société était un réel succès. Mais cela signifiait aussi une charge de travail considérable, souvent même le week-end. Alicia m’apportait ce dont j’avais besoin : organisation et discipline à la maison afin de pouvoir me consacrer à 120% à mon entreprise. En plus de l’éducation de sa fille elle s’occupait de tout : ménage, administration, courses…et elle continuait de travailler mi-temps comme avocate dans un cabinet spécialisé. Et moi je lui apportais une sécurité financière et tout mon amour. Après avoir quitté son appartement pour ma maison, bien trop grande pour moi seul, elle a tout remis en ordre en quelques mois. On a dû jeter au moins un container de vieux meubles dépareillés, elle a donné une véritable gaziantep yabancı escort cure de jouvence à toutes les pièces grâce à son talent pour la décoration. Rien de luxueux ou d’ostentatoire, son style est simple et efficace. Elle a aussi refait ma garde-robe en y apportant fraîcheur, couleur et dynamisme (je n’avais jamais reçu de compliments de la part de mes collaboratrices pour mes tenues et tout d’un coup c’était presque chaque jour un commentaire positif.). Et nous avons vécu ainsi une dizaine d’année, pas souvent ensemble mais avec beaucoup de respect pour ce que chacun apportait au ménage.

Et puis grâce à elle j’ai découvert la sexualité. Je n’étais plus vierge bien entendu mais j’avais dû être un bien piètre amant : je tirais mon coup et tant mieux si ma partenaire avait joui et sinon tant pis. Non pas par machisme, j’ai toujours respecté la femme, mais parce que je ne savais absolument pas ce que j’aurais dû faire. Maintenant, quand elle a envie de moi, je suis capable de lui procurer tous les orgasmes qu’elle attend. Elle me met aussi parfois à la disposition de certaines amies : elles en redemandent. Je crois que c’est avec ma langue que je suis le plus habile et que je comprends mieux comment réagit le sexe de chaque femme. Alicia m’a donné les bases, m’a fait comprendre l’importance du rythme, à décoder les signes : les lèvres qui s’ouvrent, la cyprine qui arrive, les tremblements dans l’entre-cuisse…et je ressens ces signes dans ma langue. Je dois dire aussi que mon sexe ne l’intéresse pas. Elle le trouve trop petit et je suis incapable de tenir la longueur. J’ai juste le droit de me branler quand elle m’en donne l’autorisation.

Pour faire court, j’ai eu un jour la possibilité de vendre mon entreprise à des conditions que je ne pouvais refuser. Et Alicia m’a poussé à accepter en me disant qu’elle commençait à en avoir marre de gérer le ménage et qu’il serait temps que je m’en occupe pour qu’elle ait enfin du temps libre pour elle. Il est vrai qu’elle gérait le ménage mais il y avait une femme à journée en permanence, un comptable à sa disposition, les services d’une conciergerie, etc …je crois qu’elle avait donc pas mal de temps libre mais je n’allais pas discuter. J’avais appris à ne pas discuter avec Alicia. Dès que j’entre dans la maison, je suis à ses ordres. Elle ne me demande jamais de faire quelque chose, elle m’ordonne de mettre la table, vider le lave-vaisselle, ranger la cave, laver ses clubs de golf, préparer son équipement pour le lendemain… Et je dois dire que cela ne me dérange pas. Au bureau je commandais, je prenais des décisions à longueur de journée. J’étais donc satisfait de me laisser guider et cette légère forme d’humiliation n’était pas sans m’exciter. J’ai toujours fantasmé sur des femmes fortes et autoritaires, j’ai lu de nombreux livres où dans un couple le mari est soumis à son épouse, regardé des vidéos où l’épouse punit son mari, d’autres où elle le trompe ouvertement, surfé sur le net et regardé de multiples sites de domination féminine. Et toutes ces scènes bien qu’imaginaires me font bander.

Donc quand Alicia, sur un ton très autoritaire m’a annoncé que puisque j’étais libre, je pouvais remplacer le comptable, la femme à journée deux jours par semaine et gérer le reste, je n’ai rien trouvé à y redire. Je venais de mettre un doigt dans une spirale qui allait m’avaler et je n’avais rien vu venir.

Alicia avait bien entendu pris connaissance de mes lectures, des sites visités sur le net. Elle n’avait rien dit, avait accepté que je fantasme en secret mais avais pris bonne note. Et donc très rapidement ses ordres sont devenus plus fermes et puis elle m’a mis devant une nouvelle réalité.

-Ecoute, je sais très bien ce qui t’excite et fait bander ta nouille. Je ne vais pas te dresser un inventaire des livres, des histoires, des vidéos, des photos qui traitent de la domination féminine et que tu as réunis. J’en ai pris connaissance et cela ne me laisse pas indifférente non plus. Non, je ne trouve pas cela dégueulasse et oui je me vois très bien vivre avec un mari soumis à mes pieds. Alors à partir de ce jour cela va devenir notre réalité. Mets-toi à poil, va me chercher un verre et viens te mettre à genoux devant moi que je t’explique les nouvelles règles de notre vie de couple.

Quelques instants plus tard j’étais dans la position demandée et prêt à l’entendre.

-Voilà les règles, elles sont très simples :

En toutes choses, je décide et tu obéis. Sans limites ni restrictions.
Tu acceptes d’être soumis, humilié et puni selon mon bon vouloir.
Tous les travaux ménagers sont à ta charge. A titre d’exemple : nettoyage, courses, repassage, jardinage, … Si nécessaire je peux décider d’une aide extérieure.
A l’intérieur de la maison et dans le jardin tu seras nu.
Tu obéiras à toutes personnes que je t’indiquerai, en ce compris ma fille si elle décide de partager notre existence.
Tu acceptes de porter une gaziantep genç escort cage de chasteté quand je te le dirai. Il t’est interdit de jouir sans mon autorisation.
Tu me reconnais le droit d’avoir des relations sexuelles avec qui je veux et quand je le veux.
Tu auras droit à une allocation mensuelle minimum pour ton libre usage, toutes les autres dépenses doivent être approuvées par moi.
Tu disposeras d’un jour libre le premier et le dernier dimanche de chaque mois.
Le lundi et le vendredi de 14.00 à 18.00 seront réservés, si nécessaire, pour la gestion de notre patrimoine.

C’est à prendre ou à laisser. Tu ne me poses pas toute une série de questions, ces règles sont, à dessein, suffisamment ouvertes pour que je puisse les compléter à ma guise. Si tu décides de ne pas les accepter, je suis certaine que nos avocats trouveront une bonne solution pour une séparation à l’amiable. Secrètement tu as toujours rêvé d’une femme forte et autoritaire. Je te propose de passer à la réalité et de devenir mon petit mari soumis, humilié et cocu. Je suis trop bonne. J’attends ta réponse mais visiblement ton sexe a déjà répondu pour toi, il y a longtemps que je n’avais plus vu avec une telle érection….

Et il est vrai, à ma grande honte, que l’énumération de ces règles me faisait bander. Oui, j’allais être au service d’une Maîtresse et quoi de mieux que ce soit mon épouse. Oui, j’allais vers une aventure dont je ne pouvais estimer les difficultés. Mais je me rendais compte que c’était une chance unique qui m’était offerte de vivre mes fantasmes. Et j’ai tellement confiance en Alicia que je ne pouvais refuser cette opportunité.

-Oui Alicia, j’accepte toutes ces règles et je suis heureux de me soumettre à tes volontés.

-J’en suis ravie mon chéri et je suis consciente que ce sera parfois très difficile. Sache que je t’aime et que j’apprécie ton courage. Quoi qu’il advienne, tu auras toujours une place dans mon cœur. Allons dans la chambre, j’ai une envie folle de faire l’amour avec toi.

Et ce fut une soirée mémorable. Jamais nous n’avions mis autant de puissance, de bestialité dans nos rapports. Je ne sais plus combien d’orgasmes elle a eu, j’ai joui trois fois en quelques heures. Quand Alicia m’a dit qu’elle n’en pouvait plus, nous nous sommes endormis en quelques minutes et le soleil était déjà bien haut quand nous nous sommes réveillés.

Depuis ce jour ma vie est exactement telle que définie par les règles qu’Alicia a mises en place. Je m’occupe de tout, elle gère ses occupations comme elle l’entend et je m’adapte. Dans les premières semaines ce fut progressif et puis de plus en plus strict. Au bout d’un mois j’ai eu droit à ma première punition : 25 coups de canne, j’avais les fesses en feu, c’était très douloureux. Ma première grande humiliation (j’avais déjà essuyé plusieurs gifles et même des crachats dans la figure mais en privé) ce fut un jour où Alicia m’avais mis face au mur dans un coin du salon, nu et les mains sur la tête, et une amie de mon épouse est arrivée à la maison pour prendre les mesures des tentures qui devaient être remplacées. Elles rentrent dans le salon et Alicia lui dit simplement : « ne fais pas attention à mon mari, il est puni ». Et elles ont continué à parler tentures comme si de rien n’était. Ensuite il y a eu le jour où en revenant d’une soirée un peu éméchée elle m’a annoncé de but en blanc : « Bravo mon chéri, tu es cocu ! Je me suis fait prendre dans les toilettes par un grand black. Il avait une bite énorme ! Je n’avais jamais senti cela dans ma chatte, bon dieu quel pied. Et il m’a balancé sa sauce sur le visage, j’ai bien mis dix minutes pour me refaire une beauté ». Je n’aime pas quand elle a visiblement bu un verre de trop et qu’elle devient vulgaire. Cela a rendu la chose encore plus pénible et je n’ai pas pu empêcher quelques larmes de couler de mes yeux, de rage, de honte, je ne sais même plus.

Chapitre 2 : Valérie

Je reviens maintenant au début de mon récit, lorsqu’Alicia m’annonce que sa fille va venir vivre pendant 6 mois avec nous.

Donc en ce samedi de fin août mon épouse est allée chercher Valérie à la gare. Elle m’avait prévenu qu’elles mangeraient au restaurant afin d’avoir encore un peu de temps pour discuter entre elles mais qu’elle lui avait déjà tout expliqué par téléphone et qu’elle s’était montrée très intéressée par notre type de relation…

J’attendais donc leur retour avec beaucoup d’anxiété. Je faisais un peu de rangement et d’administration dans le bureau d’Alicia, celle-ci m’avait autorisé à être habillé, n’étant pas encore certaine de la réaction de sa fille.

Quand j’ai entendu la voiture entrer dans le garage, j’avoue que je n’en menais pas large, je tremblais même. Elles sont rentrées et, pendant que j’embrassais Valérie, Alicia a directement dit : « je vais donner un coup de fil, je vous laisse discuter. Vous avez des choses à vous dire … ».

Valérie était superbe. Elle portait gaziantep gerçek resimli escort un jeans avec des sandales à talons hauts, un chemisier blanc largement ouvert qui découvrait le haut d’un soutien-gorge transparent. Comme sa mère elle a une superbe poitrine que la jeunesse rend encore plus arrogante. On peut deviner ses tétons dressés sous le tissu, la situation devait l’exciter. Elle a directement enchaîné en me regardant droit dans les yeux :

-Ok daddy, ne tournons pas autour du pot, tu sais que ce n’est pas mon style. Avec beaucoup de tact maman m’a informé de votre style de vie. Tu es heureux en vivant aux pieds de maman, en lui étant soumis, en acceptant qu’elle ait des amants, qu’elle t’humilie et te punisse. En raccourci, tu es maso, elle aime te dominer et vous êtes heureux comme cela. Je te le dis directement, je trouve cela très bien. Je déteste les machos et un homme aux pieds de son épouse me plaît beaucoup plus. Et s’il est aux pieds d’autres femmes, en ce compris sa belle-fille, encore mieux. J’ai donc dit à maman que vous ne deviez rien changer aux règles qui te gouvernent, qu’elles me plaisaient beaucoup. Au début je serai sans doute un peu maladroite, dans mes actes ou mes paroles mais je suis certaine que je m’habituerai bien vite. C’est assez clair pour toi daddy?

– Oui ma chérie mais …

-Premier changement ! A partir de maintenant, et tant que nous sommes entre-nous ou avec des amis informés, ce sera « mademoiselle ». Et si tu doutes « Valérie » est aussi acceptable. Mais plus de « ma chérie ». Tu voulais dire quelque chose?

-Non, non. Je crois que c’est devenu inutile. Je n’en ai plus le courage.

-Je crois aussi que c’est mieux ainsi. Maman m’a dit que tu devais travailler à poil dans la maison, alors déshabille-toi maintenant. J’ai aussi très envie de voir ta cage de chasteté. Quelle bonne idée de t’en faire porter une !

Là j’ai marqué un temps d’hésitation, est-ce que vraiment je voulais cela? Valérie devait avoir anticipé ce possible doute et directement elle s’est avancée vers moi et m’a balancé une paire de gifles.

-Tu en veux d’autres, ou que je prenne la cravache de maman? Ce n’est pas un problème pour moi.

Alors timidement, honteusement, je me suis déshabillé. Quand je fus nu, Alicia est entrée dans le salon, a regardé Valérie, et toutes les deux se sont mises à rire…

-Tu vois, il voudrait déjà bander. Heureusement qu’il porte sa cage, on risquerait un accident…. Va passer un maillot et allons près de la piscine. Avec cette chaleur c’est beaucoup plus agréable. Chéri, va ranger tes vêtements et apporte-nous du champagne, nous avons quelque chose à fêter. Prends une coupe pour toi, ce sera bientôt aussi ta fête. Tu t’occuperas des valises de Valérie plus tard.

Quand je les rejoins avec 3 coupes et une bouteille de champagne dans un seau à glace, elles sont toutes les deux allongées sur les chaises longues. Elles ont laissé tomber le haut de leurs maillots. Je suppose qu’Alicia a eu le temps d’expliquer à sa fille combien la vue d’une poitrine pouvait m’exciter, même si ce n’est qu’entrevoir un sein ou les deviner libres sous un chemisier. Bien entendu je ne peux que les voir, les regarder, les admirer et de nouveau mon sexe qui essaie en vain de sortir de sa cage dans la douleur. Je sers le champagne, Alicia me dit de ne pas remplir la troisième coupe…

-C’est sympa vos piercings des tétons, cela vous va très bien à tous les deux. Maman, tu pourrais enlever la cage de daddy? J’ai envie de la voir de plus près.

-Pierre, va chercher la clef dans mon sac à main.

Une fois libéré, Alicia donne la cage à Valérie et lui explique comment on la place. Elle prend sa tablette et lui montre différents modèles qui existent sur le marché, avec les avantages de chacun : Virginie est intéressée par le fait de pouvoir ajouter des pointes et rendre la cage plus douloureuse. Les modèles avec impulsions électriques retiennent son attention. La discussion porte aussi beaucoup sur la frustration que cela provoque chez l’homme et, si l’épouse ou la compagne s’y prend bien, manie avec intelligence le bâton et la carotte, le grand pouvoir d’obéissance que donne le port d’une cage de chasteté. Dites à votre mari que, si son attitude est irréprochable et que ses tâches sont exécutées à la perfection, il sera libéré avant l’échéance mais que dans le cas contraire la cage sera maintenue plus longtemps et vous aurez un impact immédiat.

-Et pour daddy, c’est quoi sa période de chasteté?

-En principe deux semaines mais il y a peu il l’a portée pendant trois semaines d’affilées. Il n’en pouvait plus à la fin. D’autant plus que je faisais tout pour l’exciter encore plus.

-Comment?

-Je me promenais nue sans arrêt, je passais des vidéos porno, je lui racontais des fantasmes, je commentais des photos de femmes et d’hommes nus sur le net, j’ai même demandé à deux copines avec fortes poitrines de venir déjeuner et de ne pas porter de soutien…

-Salope !

-Mais non ma chérie, mon but est d’avoir un mari soumis et obéissant. Et c’est un excellent système. Regarde-le, rien qu’à nous écouter et mater nos nichons il bande au maximum. Tu peux en profiter pour voir que son sexe à une taille honnête mais sans plus. Il y a beaucoup mieux pour nous faire plaisir. Maintenant Pierre mets-toi à genoux et face au mur, épargne-nous la vue de ton érection.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

beylikdüzü escort