Mascarade et Fétichisme

Gif

Nous sommes un couple de jeunes professionnel dans le domaine de la santé. Nous voulons partager avec vous nos fantasmes et nos rêves.

Dans une ambiance de luxure et d’érotisme, voici plusieurs vignettes qui explorent le thème de la Domination Féminine sous différentes facettes : soumission, châtiment corporel, plaisir anal, orgie, jeux de rôle…

* * *

Chapitre 1 : Introduction

La Mascarade battait son plein depuis au moins deux heures. Le vin avait coulé à flot. La majorité des convives étaient occupés depuis un certain temps à des activités charnelles. Quelques rares invités étaient toujours debout, en petits groupes, à terminer leur coupe.

Depuis le début de la soirée, une musique baroque jouait en arrière-plan. Celle-ci n’était maintenant plus qu’un fond musical, car la vraie mélodie était une alternance entre des cris de jouissance ou de douleur, et même quelques grognements. Parfois un cri particulièrement aigu allait résonner alors qu’une personne orgasmait sans préavis. Parfois on entendait le bruit rythmique d’un fouet.

On pouvait s’imaginer sans difficulté le décompte à haute voix qui devait accompagner le fouet : “un… deux… trois…”.

En se déplaçant de pièces en pièces, on aperçoit quelques couples déjà rassasiés. Un homme est confortablement affaissé sur un grand divan en cuir noir. Couché sur le ventre, sa tête repose sur les cuisses de sa compagne. Comme tous les autres invités, il est complètement nu à l’exception d’un masque lui couvrant le haut du visage et d’un collier en cuir. Les seuls accessoires acceptés pour compléter une tenue d’homme doivent être en cuir, en latex ou en métal.

Il sommeille avec un sourire radieux sur son visage, tandis que sa compagne lui caresse tantôt les épaules, tantôt le dos, pour finir par jouer dans ses longs cheveux. Tous les deux semblent avoir déjà orgasmés.

Couché sur le ventre, on remarque les fesses musclées et complètement rouges de l’homme, vif souvenir d’un précédent châtiment corporel. On ne trouve pas de fouet, ni de paddle près d’eux. On image qu’elle a utilisé directement ses mains. Qui sait, peut-être qu’ils vont recommencer leur jeu sexy après une brève pause?

Toutes les salles dégagent une atmosphère de luxure et de débauche. Le mobilier est surtout du chêne solide, tandis que les divans et les causeuses sont en cuir foncé. L’éclairage est plutôt tamisé et vient surtout de chandeliers accrochés au plafond.

On retrouve aussi des chandelles à quelques endroits. Il est difficile de savoir si elles sont là surtout pour l’éclairage ou comme objet pervers à utiliser lors des ébats érotiques. Quelques tables basses sont recouvertes d’un linge en latex rouge ou noir. On y retrouve quelques bouteilles de vin avec des coupes, pour la plupart vides.

Chapitre 2 : Reflet

Tu me prends la main et on continue notre chemin. Tu te diriges vers une pièce précise, mais je ne sais pas laquelle. On passe devant un des grands miroirs qui ornent les murs. Je suis complètement nu, avec mon sexe et mes fesses fraîchement rasées.

Tu avais hésité à me mettre une paire de sous-vêtement transparent ou un g-string de cuir, mais finalement, tu as opté pour la version de l’homme viril à son naturel. J’expose ainsi ma grosse érection à la vue de tous. Comme seul vêtement, je porte un masque de démon rouge.

Je regarde ton reflet dans le miroir et tu es phénoménale. Tu portes évidemment une paire de bottes à talons aiguilles, en cuir noir, qui te remonte jusqu’aux genoux. Il n’y a rien qui cache ton sexe et on peut apercevoir une minuscule toison au-dessus de ta chatte.

Tes mamelons sont bien évidement en érection et cela n’a rien avoir avec le froid! Tu portes un élégant masque de chat avec deux petites oreilles noires qui dépassent. Pour compléter ton costume de femme chat, tu portes de longs gants noirs. Je sens mon érection se durcir et une petite goutte de sperme orne mon sexe.

Bien entendu, je me suis bien occupé de toi pendant nos préliminaires à la maison : tu as déjà eu ton premier orgasme de la soirée.

Couchée sur le lit, ma tête entre tes deux jambes, ma bouche n’a pas eu de difficulté à te satisfaire. Une fois ta chatte bien mouillée, j’ai commencé à faire de petits cercles avec ma langue autour de ton clitoris, ni trop vite, ni trop lentement, juste comme tu l’aimes.

Ça n’a pas pris cinq minutes avant que tu hurles. Il faut dire que l’anticipation de la soirée était un puissant aphrodisiaque.

Bien entendu, tu ne m’as pas permis d’orgasmer. À la place, tu m’as inséré notre gros butt plug noir dans les fesses. À chaque pas que je fais, je le sens frotter contre ma prostate. Mes couilles sont presque douloureuses tellement elles sont pleines.

Ça fait maintenant cinq jours que je n’ai plus le droit de venir. Je mange ta chatte quotidiennement, puis quand tu le désires, je te défonce avec ma grosse queue jusqu’à ton orgasme.

À chaque jour, tu hurles au moins une fois. À chaque jour, je n’ai pas le droit de venir. Je me réveille le matin gaziantep escortları avec une tâche de sperme de plus en plus grosse dans mes sous-vêtements. Tu m’envoie parfois des textos sexy au travail et c’est suffisant pour que je reste en érection pendant plus de dix minutes.

Je suis désespéré de venir et je suis complètement à ton service.

Chapitre 3 : Orgie

De loin, on peut apercevoir une orgie qui bat son plein. C’est dans une pièce particulièrement sombre, illuminée avec quelques chandelles seulement. Je pense qu’ils sont quatre personnes, mais c’est difficile d’en être certains.

Une dominatrice trône au centre de l’orgie. Elle porte un masque de louve avec de longs cheveux noirs qui descendent jusqu’à ses fesses. D’une main, elle tient une coupe de vin rouge. De l’autre, elle manie une cravache.

Juste en face d’elle, deux formes s’entrelacent sur une table de salon. Ça semble être homme qui pénètre une autre personne en position de la levrette. Il est difficile de savoir s’il pénètre un homme ou une femme. À entendre les gémissements qui s’échappent à chaque pénétration, c’est probablement une femme.

La dominatrice se tient juste à côté d’eux. À un rythme plutôt lent, elle fouette les fesses de l’homme. À chaque coup qu’il reçoit, il donne un coup de hanche et enfonce sa verge dans sa partenaire. L’homme soumis semble suivre à la lettre le rythme imposé par sa Maîtresse.

Son dos est couvert de sueur et on se doute qu’il baise depuis un certain temps. Il doit juste avoir le goût de se laisser aller et de baiser jusqu’à l’orgasme. Malgré la tentation, il continue de calquer chaque pénétration sur les coups de cravache.

Son comportement si obéissant nous fait suspecter que ce n’est pas leur première fois ensemble. Ils participent probablement à de nombreuses orgies de soumission-domination.

Une quatrième personne complète le tableau : un homme musclé est debout, tout près de l’action. De sa main droite, il se masturbe avec vigueur. Il regarde avidement le couple entrelacé devant lui. On se demande tous les deux pourquoi il ne se joint pas aux autres. On remarque finalement que sa main gauche est attachée à une table de salon.

De temps à autre, la dominatrice le regarde, puis d’un air sévère lui frappe le bas ventre ou la verge. L’homme comprend le message : il ralenti sa masturbation pour ne pas venir trop tôt.

On rentre dans cette pièce et on avance vers eux. La Dominatrice regarde ton corps parfait, puis te sourit. Tu prends cela comme une invitation. Tu t’approches d’elle, tu lui caresses les fesses et elle se laisse faire. Tu lui effleures un sein.

Tu fais un pas en avant et subitement, tu donnes quatre claques sur les fesses de l’homme occupé à baiser. Tes claques le surprennent, mais il maintient son réflexe : une longue pénétration pour chaque fessée reçue. Sa partenaire gémit et semble très proche de l’orgasme.

On s’éloigne lentement de l’orgie : on a quand même d’autres plans.

Juste avant de quitter la pièce, la Dominatrice me donne un seul coup avec sa cravache. Elle doit être experte dans son maniement parce que le coup arrive directement sur le butt plug. La sensation est intense, je sens même mes jambes se faiblir momentanément. Elle te regarde avec un sourire et te fait un clin d’œil : c’est donnant-donnant, si tu joues avec son esclave, elle a le droit de faire de même.

Chapitre 4 : Vestibule

On rentre dans une pièce minuscule. Ça semble être un vestibule avant une chambre des maîtres. Un couple est déjà en pleine action.

Il y a un petit divan sur lequel une fille est installée, les deux jambes dans les airs. Elle utilise ses mains pour garder ses jambes grandes ouvertes. À quatre pattes devant elle, un homme se démène en lui mangeant la chatte. Il garde sa langue tendue et lui pénètre le sexe avec des mouvements de va-et-vient. Puis il suce avidement les petites lèvres.

La fille a les yeux fermés, elle respire rapidement. Il se concentre finalement sur son clitoris qu’il stimule avec des petits coups de langue, de gauche à droite.

Il semble avoir trouvé le rythme parfait : la fille dépose une de ses jambes sur son épaule et lui saisit la tête. Avec sa main qui lui tire les cheveux, elle s’assure qu’il comprend bien le message : continue exactement ce que tu fais!

On continue notre chemin. La chambre est tellement exiguë qu’on doit pratiquement enjamber le gars. La fille semble tellement près de l’orgasme qu’aucun des deux ne semble remarquer notre présence.

Chapitre 5 : Carnaval de Rio

On décide de s’arrêter dans la pièce suivante. C’est bien une chambre des maîtres avec un grand lit recouvert de draps de soie blanche.

On remarque en premier une beauté brésilienne. Elle semble sortir tout droit d’un carnaval brésilien : elle porte un masque coloré avec de nombreuses plumes. Son teint basané contraste avec la majorité de ses plumes qui sont blanches. Elle se déhanche avec désinvolte et l’on peut gaziantep eskort admirer ses fesses bien rondes.

Elle tient en laisse deux esclaves derrière elle, une jeune fille caucasienne ainsi qu’un jeune homme. La jeune fille a une volumineuse poitrine et porte elle aussi un masque orné de plumes. L’homme musclé semble lui aussi être brésilien. Il porte un masque de carnaval, mais sans plume.

La Dominatrice donne un petit coup sur les laisses et les deux esclaves la suivent au lit.

Elle s’installe confortablement au centre du lit.

Sans attendre, l’homme se dirige entre ses jambes et commence à lui manger la chatte. La femme-esclave grimpe sur le lit et commence à lui caresser ses seins. Puis elle embrasse sensuellement sa Maîtresse.

Après quelques minutes à se concentrer sur sa chatte, l’homme lui tient les jambes bien en l’air pour exposer son joli cul. On a une vue dégagée et ses fesses sont vraiment parfaites! L’homme commence à lui licher lascivement le derrière. La femme-esclave en profite pour glisser sa main sur le sexe de la brésilienne.

Je t’agrippe la taille et je t’embrasse dans le cou. Ton regard est fixé sur le spectacle érotique. Tu t’imagines probablement la sensation incroyable d’avoir une jolie femme à ton service qui te masturbe tandis qu’un beau jeune homme te mange les fesses.

Les doigts de la femme-esclave s’activent de plus en plus vites. Elle fait des cercles de plus en plus petits sur son clitoris. Le brésilien continue de pénétrer son cul le plus profondément possible avec sa langue.

La déesse brésilienne arque son dos, ses partenaires gardent le même rythme. Elle hurle une phrase en espagnol ou portugais, puis orgasme finalement.

Je glisse une main sur ton bas ventre et je commence à te caresser. Je glisse mes doigts autour de ton sexe, en faisant attention de ne pas toucher immédiatement ton clitoris.

Je sais que tu es tellement chaude que je pourrais te prendre maintenant, sans attendre et sans autre préliminaire. J’ai bien beau être ton esclave ce soir, ça ne veut pas dire que je ne peux pas prendre un peu d’initiative.

Je te donne un autre baiser dans ton cou et tu gémis un peu.

Notre spectacle érotique n’est finalement pas terminé. Après une pause de une ou deux minutes, les protagonistes recommencent à se caresser.

La brésilienne est toujours au centre du lit et les deux esclaves viennent s’installer de chaque côté. La femme-esclave amène sa volumineuse poitrine près de sa Maîtresse. Celle-ci commence à lui licher les seins. Elle prend un mamelon dans sa bouche et le suce.

L’homme n’est pas en manque : les deux femmes lui caressent sa verge.

Tu me prends finalement la main et on se dirige vers le lit. Ton excitation est à son plus haut niveau et tu as déjà assez attendu pour avoir ton deuxième orgasme de la soirée.

Je fais rapidement une pyramide avec des oreillers. Tu t’installes en premier sur le lit et je me couche contre toi. Ma queue déborde de pré-sperme et tu t’en sers comme lubrifiant pour te masturber.

Ta main ne lâche plus ton clitoris, tandis que ton regard est fixé sur le triolisme devant nous. Je me branle pendant quelques secondes. C’est suffisant pour recouvrir ma main d’une couche de pré-sperme. Je l’utilise comme lubrifiant et je pénètre ta chatte langoureusement avec deux doigts.

Je ne sens aucune résistance à l’entrée. Ton sexe est tellement mouillé, je n’aurais probablement pas eu besoin de lubrifiant.

Le triolisme en face de nous commence à être plus sauvage. La Maîtresse suce maintenant les seins avec vigueur. Elle lui mordille même les mamelons.

L’homme est complètement en érection. Une femme lui agrippe son pénis et le masturbe allégrement. L’autre femme lui caresse les couilles. Avec ses ongles longs, elle lui grafigne le bas ventre et va même jusqu’à lui laisser une marque sur ses couilles.

L’homme grogne de plaisir ou de douleur. On s’attend à ce qu’il vienne à tout moment et qu’il éjacule sur ses deux partenaires.

Même si c’est un très grand lit, il nous parait plutôt étroit dans les circonstances : nous sommes cinq personnes en plein ébat sexuel. Nos deux corps entrelacés touchent les autres protagonistes à plusieurs reprises et ça nous excite.

De ma main libre, je me masturbe un peu. Je ne suis plus certain si c’est vraiment du pré-sperme ou si c’est maintenant du sperme qui sort de ma verge tellement il y en a.

Je lubrifie bien mon doigt et je vais caresser tes fesses. Je touche délicatement ton cul et il se dilate. Je comprends le message et je rentre doucement un doigt. Ma tête glisse sur ta poitrine et je saisis un de tes seins dans ma bouche.

Je sais que tu es sur le bord de l’orgasme : ta main s’accélère sur ton clito. D’une main je continue de stimuler ta chatte avec deux doigts et de l’autre je pénètre tes fesses. Je tente d’avoir exactement le même rythme que toi.

Les trois autres protagonistes changent de position.

L’homme gaziantep eskort bayan vient positionner son sexe entre les jambes de sa Maîtresse. Il lui rentre sa grosse queue sans ménagement.

La brésilienne se fait pénétrer avec vigueur par l’homme. Elle tire violement sur la laisse qu’il a toujours autour de son cou : l’homme accélère les pénétrations. La deuxième femme est toujours sur le côté, mais elle maintenant occupée à l’embrasser et à lui manger les seins.

Ton corps se tend. À la dernière seconde, tu fermes les yeux. Je garde exactement le même rythme et tu hurles en orgasmant. Tu continues de crier et j’ai l’impression que ton orgasme dure au moins trente secondes.

Tu t’affaisses complètement et je retire mes doigts mouillés. C’est tellement mouillé que je me demande même si tu as eu une éjaculation féminine.

Tu es rouge, tu reprends difficilement ton souffle. Je ne me rappelle pas la dernière fois que tu as eu un aussi gros orgasme!

Chapitre 6 : post-sexe

Excitée par tes cris de jouissance, la brésilienne semble avoir eu un deuxième orgasme, mais on n’a rien remarqué tellement on était concentré.

On reste au moins trente minutes sur le lit, complètement post-sexe. Je prends une serviette et j’essuie doucement ton corps au complet. Je prends la même serviette pour me laver un peu.

Sans m’en rendre compte, je mélange l’odeur de ton sexe avec celui de ma testostérone.

Dans un autre contexte, on aurait probablement terminé la soirée comme ça. En moins de cinq minutes, tu te serais endormi contre moi. Mais les circonstances sont bien différentes.

Juste à côté de nous, il y a trois corps enlacés qui exsudent la sensualité. Plusieurs invités passent aussi dans la chambre et nous regardent avec intérêt. Certains hésitent à grimper sur le lit.

Un couple en profite même pour s’arrêter devant nous. Il s’agit d’une petite dominatrice au trait asiatique et un barbu particulièrement musclé. Le contraste entre les deux est assez frappant. Elle ne doit pas mesurer plus de cinq pieds, et ça, c’est en incluant ses talons aiguilles. Lui mesure au moins six pieds avec la carrure d’un haltérophile.

Sa petite taille ne l’empêche pas d’avoir un contrôle total sur son esclave. Elle le guide à l’aide d’une laisse attachée à sa verge. Ses mains sont aussi attachées dans son dos à l’aide de menottes.

Elle tire sur la laisse attachée très serrée et se positionne devant nous. D’une main, elle garde une pression sur la laisse. De l’autre main, elle saisit sa grosse queue avec fermeté. Elle commence des va-et-vient sans jamais faire de pause. Tous les deux nous regardent.

Elle est clairement une experte de la branlette : son partenaire commence à grogner et à gémir.

On voit ses couilles prêtes à exploser. Son sexe s’orne d’une goutte de sperme, puis d’une deuxième goutte. La petite dominatrice continue de masturber son colosse.

Ils sont à seulement deux pieds de nous et son sexe est braqué sur nous. C’est tellement proche que lorsqu’il viendra, on risque d’être couvert de sperme! On a un mélange d’appréhension, mais aussi d’excitation.

À la dernière minute, elle arrête complètement de le masturber, mais elle maintient sa poigne ferme sur son sexe. Désespéré, il tente de bouger ses hanches. Il est tellement près de l’orgasme.

Elle tire violemment sur la laisse et son pénis vire écarlate pendant une seconde. Ce n’est pas suffisant : il continue de bouger son bassin. Elle lâche sa verge et lui donne une claque rapide sur ses couilles. La fessée résonne dans la pièce et il laisse échapper un cri de douleur.

Il arrête finalement de bouger. Il tente de contrôler sa respiration pour se calmer un peu. La petite dominatrice part à rire, tire doucement sur la laisse et le guide vers une autre pièce.

On se lève par la suite et on continue notre exploration du Manoir.

Chapitre 7 : chandelles et fessée

Dans la pièce suivante, l’éclairage vient exclusivement de chandelles. Il y a au moins une trentaine de bougies allumées. Certaines sont montées sur de longs chandeliers. D’autres, à la base plutôt large, sont déposées directement sur les mobiliers.

Deux femmes dominent la scène. La première est une jolie brunette avec les cheveux courts. La deuxième est une femme à la peau noire avec un masque blanc. Toutes les deux portent un gode ceinture : un godemichet mauve pour la première et un gros gode noir pour la seconde.

Un homme avec les cheveux aux épaules fait face contre un mur. Ses deux mains sont appuyées sur le mur, ce qui fait ressortir ses fesses particulièrement musclés.

Il a un bâillon-boule dans la bouche. On a l’impression que le harnais de son bâillon est intégré à son masque de cuir.

À notre arrivée, l’homme reçoit la fessée avec force. À chaque coup, on entend un cri étouffé par son bâillon. On devine que le trio est occupé à leurs jeux sexuels depuis un certain temps : il y a plusieurs traces de cire dans son dos et il y a quelques marques vives sur ses fesses.

Après une dizaine de coups, la dominatrice cesse la fessée.

La fille noire s’approche de lui et lui rentre deux doigts bien lubrifiés dans les fesses. On entend un autre cri étouffé, mais celui-ci semble être de la jouissance plus que de la douleur. Elle le pénètre tranquillement pendant au moins une minute. L’autre dominatrice semble plutôt amusée.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

beylikdüzü escort