La Cage Ch. 01

Teen (18+)

Il faut un peu s’éloigner du dernier café sur la plage, à l’abri des regards non autorisés. Les couples ou hommes seuls sont allongés, certains prennent le frais dans l’eau, tout le monde est aux aguets. Je serre la main de Jérôme, un peu tendue, mais ravie des regards tournés vers moi. J’ai choisi de ne pas venir nue, mais encore plus provocante puisque je porte un microkini qui ne cache rien de ma grosse poitrine, ni même de mon sexe épilé. C’est peut-être bizarre mais je n’aime pas être complètement nue, ce qui est un peu décalé dans un club naturiste! Jérôme lui adore cela, et il faut avouer qu’il est magnifique et musclé.

Nous avons tous les deux trente ans et c’est la première fois que nous venons ici. Sans se l’avouer franchement, c’est une façon de redonner un peu d’énergie à notre couple qui fonctionne certes très bien, mais dont la sexualité se fait rare. Sans doute le stress du boulot, mais surtout la routine, nous ne faisons des câlins qu’une à deux fois par mois, ce qui à notre âge semble complètement décalé.

C’est très excitant de voir toutes ces personnes nues, se caresser, les hommes à moitié bandés, certains couples faisant carrément l’amour sur la plage ou dans la mer. Il y en a pour tous les goûts et l’ambiance est tellement apaisée! Dans un coin plus retiré, nous apercevons une femme entourée de plusieurs hommes, dans une sorte d’ivresse, avec un sexe qu’elle masturbe dans chaque main, un qu’elle lèche et un qui la prend, je ne sais pas si c’est par derrière ou plus classiquement. Et un autre homme, qui semble être le mari, qui les regarde et… Mon dieu, mais qu’est-ce que c’est que cela? Je regarde Jérôme qui semble aussi estomaqué que moi. Le mari a le sexe enfermé dans une sorte de cage moulée à la forme de son sexe, l’empêchant de bander et même de se caresser. Il est à genoux à regarder sa femme se faire prendre, et j’entends même la femme le traiter d’impuissant et d’eunuque.

J’ai le souffle coupé, comme si j’avais pris une batte de baseball dans le ventre. Je n’en crois pas mes yeux, ni ma chatte qui gicle, ce qui ne lui ai jamais arrivé. Du coin de l’œil je vois que le sexe de mon mari est dur comme jamais, le choc semble partagé entre nous deux. Je suis incapable de verbaliser ce que je vois et encore moins ce que je ressens. Mais je sais ce que je désire à cet instant. A peine le temps d’étaler la serviette, et je viens m’empaler sur le sexe de Jérôme qui n’attendait que cela. Prise d’une frénésie incontrôlable je le chevauche longuement, regardant l’homme assistant à la baise de sa femme, impuissant, jusqu’à ce qu’un orgasme me terrasse, me portant dans un plaisir inconnu, les yeux remplis d’étoiles. Jérôme a déjà joui et eu le bon goût de continuer à bander pour me faire jouir. Je m’effondre sur lui.

Quand nous émergeons, le soleil a complètement disparu, la plage semble plus calme. Je vais me baigner pour me réveiller un peu, et enfin goûter l’eau de la Méditerranée. Mon microkini devient alors transparent, même mon clitoris tout dur, à cause du froid, se devine, j’adore me sentir ainsi exposée dans un lieu où tout semble permis. Le souvenir de cet homme au sexe cadenassé dans sa cage me revient d’un coup, me faisant à nouveau défaillir. Je me fais jouir discrètement dans l’eau, moins par désir que pour me libérer un peu de l’emprise de cette image.

Les restaurants sont pris d’assaut et nous avons la chance d’hériter d’une jolie table calme. Je me suis habillée plus sexy que jamais, mettant en valeur mon décolleté, mes seins se devinant en transparence. J’ai laissé mes cheveux auburn libres sur mes épaules, je suis divinement bien. Pour exciter mon homme je n’ai pas de culotte, pour qu’il puisse me prendre quand il veut.

– Tu avais déjà vu un homme avec un tel truc?

– Une cage de chasteté tu veux dire? En réel non, mais oui je connaissais.

– C’est un truc de fou, tu ne trouves pas?

– Oui j’ai vu que tu étais excitée comme jamais.

– L’idée de l’homme complètement tourné vers sa femme, ne prenant pas de plaisir, oui c’est très excitant. Et tu as vu comme elle l’humiliait. Tu crois qu’il était consentant?

– Bien entendu! C’est sans doute un jeu entre eux, tu sais?

– Je crois que j’aimerais bien ce jeu (je le regarde en souriant, les yeux enjôleurs)

– Tu veux m’enfermer dans une cage comme cela? (Il ne semble pas être choqué! Cela me sidère, je m’attendais à ce qu’il hurle, mais c’est vrai que son excitation était aussi kahramanmaraş escort visible que la mienne)

– Nous pourrions essayer, ce serait marrant. Et peut-être redonner un coup de peps à nos ébats.

– Tu trouves qu’on s’encroute

– Pas toi? Cela dit après 5 ans de vie commune, ce n’est pas surprenant.

– Pourquoi pas, si cela te tente.

– Tu me laisses y penser?

Je suis songeuse. J’attends le coucher pour repenser à notre échange, et surtout à la réaction de Jérôme qui me surprend beaucoup. C’est comme s’il l’avait désiré lui-même, spontanément. Je suis décidée à explorer le sujet quand nous rentrerons de notre week-end.

***

J’ai tout lu ou presque. Je ne dirais pas que j’ai tout compris, loin de là. Je suis surprise de la popularité de la cage de chasteté et du fait que ce soient principalement les hommes qui en soient friands. D’où la réaction e Jérôme peut-être. Quel plaisir à se coller une telle contrainte? Une prise de conscience que c’est leur sexe qui dirige leur vie? Ce serait bien trop beau. Pour le plaisir de la femme, celui-là je le comprends et le ressens profondément. Tenir ainsi dans mes mains la jouissance de mon homme, être assurée qu’il ne va rien faire à l’extérieur ou même tout seul dans les toilettes est très plaisant. J’aime aussi l’idée qu’il ne jouisse que quand je le souhaite. Jérôme est très attentionné, mais c’est toujours son plaisir qui compte. Un câlin sans qu’il jouisse c’est un échec, alors que moi cela ne compte pas. J’en prends conscience et d’un coup cela m’énerve. Mais vraiment!

J’essaie un week-end de voir sa réaction, nous ne faisons l’amour que le week-end, et je jouis très vite en pensant à des scènes avec lui en cage. Il n’a pas eu le temps de venir. Je le repousse en lui disant que j’ai joui et que je n’ai plus envie. Il râle, fait la tête, la fin du week-end est pénible, même si je lui fais remarquer que l’inverse ne le dérange pas. C’est dingue, je suis déçue de sa réaction, même si elle est parfaitement commune.

Je me replonge dans les récits de femmes sur la cage de chasteté, assez peu crédule sur les conséquences qu’elles décrivent mais cela mérite d’essayer. Je monte en compétence sur l’objet lui-même, je ne veux pas de la pacotille, quelque chose de qualité, inviolable et joli. Je passe commande après avoir pris des mesures de façon discrète. Même si Jérôme a essayé d’aborder le sujet à diverses reprises, je veux lui faire une grosse surprise. Mais le fait qu’il remette cela sur la table montre, s’il était besoin, qu’il en a très envie.

Le paquet est arrivé depuis quelques jours, j’attends que nous nous fassions une soirée cocktail vendredi soir, et je lui offre la boîte entourée d’un joli ruban rose.

– Oh mon Dieu, tu l’as vraiment fait?

– Oui mon chéri, je te l’ai même commandée sur mesure.

– Mais comment tu as fait?

– Secret de femme, tu la mets, J’ai trop hâte de voir.

Je me demande juste si je ne suis pas allée trop loin, les prochains jours le diront. Car j’ai pris une cage plutôt contraignante et sécurisée par une ceinture doublée de silicone à la taille. Je veux bien jouer, mais je déteste la triche, aussi Jérôme ne pourra pas l’enlever. Nous avons un fou rire quand il s’agit d’ajuster la cage, tant il est excité. Je le prends en bouche, et le fais rapidement jouir en avalant tout. Je lui dis malicieusement que c’est sa dernière jouissance avant une semaine. Il ne me croit pas, c’est bizarre.

Après tâtonnements, quelques égratignures de peau pincée, la cage est en place. Elle est petite, étroite, et pointe entre ses couilles pour être très discrète et invisible. Pire, elle va donner l’impression qu’il n’a pas de sexe dans son caleçon. Je sors d’une autre boîte un magnifique cadenas Louis Vuitton avec une clé unique. Il est très excité, et moi aussi, quand je la glisse à ma chaîne de cou, visible de tous! Ça y est, il est enfermé, je sens son sexe qui voudrait bander, mais ne peut pas faire grand-chose.

J’adore encore plus que ce à quoi je m’attendais. Je relève ma jupe, et lui demande de me satisfaire avec sa bouche puisque dorénavant il est impuissant! Rien que l’idée me fait partir, et il a juste le temps de me caresser le clitoris quelques secondes avant que je n’explose et hurle mon plaisir.

Il est temps de passer la ceinture qui maintient la cage en place, je la serre bien et installe le second cadenas kapalı gaziantep escort qui ferme avec la même clé heureusement. Je l’accompagne à la salle de bain, nous regardons tous les deux le résultat, la cage en métal est magnifique, et son sexe emprisonné fait un contraste saisissant avec son corps viril et puissant.

J’ai encore envie de jouir, je le tire par la main et nous allons nous affaler sur le lit. Je l’utilise comme jamais, il est comme moi, aux anges. Jamais nous n’avons eu une baise aussi forte, lui ne pouvant prendre plaisir n’est tourné en effet que vers le mien. Expérience concluante, au moins pour la première soirée. Avant de m’endormir, je lui demande de m’offrir un cadeau en retour demain.

Au matin, mon petit Jérôme est moins enthousiaste. Sa nuit a été difficile, les érections nocturnes ayant été douloureuses. Il me demande d’enlever la cage, et je le crois assez soulagé que je refuse nettement. Il l’enlèvera vendredi soir prochain. Et je lui promets qu’il va s’habituer, sans lui dire qu’il lui faudra quelques mois à ce que j’ai pu en lire! Cela m’amuse follement de le contraindre ainsi. Lui est assez excité de sentir son sexe toujours en tension, à défaut d’être bandé. La ceinture le dérange, mais là je pense que cela n’est que l’affaire de quelques jours. Quelle excitation de le voir s’asseoir pour uriner, c’est amusant comme il en est humilié. Je le sens un peu touché, mais pas question de se laisser aller.

Son pantalon donne l’impression, en effet, qu’il n’a rien dedans, je le blague, ce qu’il n’apprécie pas beaucoup. Je sors faire les courses, lui rappelant qu’il me doit un cadeau en retour. A son regard, je me dis qu’il en est très excité rien qu’à l’idée. Cette initiative me semble prometteuse pour le renouveau de notre couple et je suis toute guillerette. J’hésite à appeler Vanessa pour tout lui raconter, sachant que je lui avais déjà fait part de mon émoi au Cap. Mais c’est peut-être trop intime? Pourtant cela m’amuse tellement que ne pas partager cela est frustrant!

– Un cadeau pour ma chérie! (Il me tend un paquet cadeau, je suis trop curieuse!) Comme cela nous serons tous les deux équipés!

Je découvre à ma grande joie et surprise, une magnifique paire d’escarpins Louboutin. Il a fait une vraie folie, je lui saute dessus et l’embrasse.

– Comme tu ne veux jamais de talons, là tu vas être servie. Tu as 15 centimètres, et tu dois les mettre ce soir, je te sors!

C’est vrai que c’est une torture les talons aiguilles, mais des Louboutin, ce sera un plaisir. Enfin c’est ce que je pense jusqu’à monter dessus. Je ne suis pas une débutante et je trouve vite le déhanché qui va bien, je me sens incroyablement haute, et surtout belle. Mes jambes sont ainsi magnifiques, sans parler du reste de mon corps. Je l’embrasse avec passion, une main sur son pantalon pour sentir sa pauvre queue qui ne peut sortir de son nid. En temps normal, il m’aurait retournée et baisée, mais là, nous restons dans un câlin de tendresse et j’adore cela. Il reste muet pour notre sortie de ce soir mais me demande d’être sexy.

Evidemment je porte les chaussures avec des bas noirs très fins, attachés à mon corset en cuir que Jérôme m’a offert l’an passé. Une petite robe noire, mes cheveux attachés en queue de cheval et mon collier avec la clé bien visible. Dans son oreille, je lui murmure que je l’aime et que je n’ai pas de culotte. Un doigt inquisiteur vient tester comme je suis humide. Il est très beau dans un costume sombre, avec un polo violet, j’adore. C’est vraiment un beau mâle. Il est à moi!

L’endroit est feutré, plutôt classe, intime. Une sorte de café luxueux, avec moquette et velours. Le patron nous accueille gentiment, et je remarque les tenues des serveuses qui n’ont rien à envier à la mienne! Nous sommes les premiers et il nous installe à une table de deux, au milieu d’une banquette. Jérôme m’annonce que c’est un bar libertin, utilisé comme before aux soirées dans les clubs échangistes. Ici pas d’ébats mais des prises de contacts et des échanges. L’échangisme n’a jamais été une attirance pour moi, mais ce soir je suis le mouvement, je lui dois bien cela. Nous entamons nos cocktails et tapas.

Le patron installe à nos côtés un jeune couple comme nous, sympathique, avec qui nous lions rapidement connaissance. Nous sommes là pour cela à ce que j’ai compris! Iris est du sud, professeure des écoles, un peu ronde, kaliteli gaziantep escort forte personnalité, nous accrochons tout de suite. Louis est dessinateur à Paris, un grand mince barbu, tellement classique, mais gentil et agréable. Ils sont sexe friends et viennent souvent pimenter leurs soirées en club échangistes et viennent ici pour la première fois. Les deux me dévorent des yeux, j’adore cela, et je me laisse faire quand je sens un pied chercher le mien, une main remonter ma robe pour découvrir mes bas. C’est terriblement excitant comme situation, tout en devisant. J’ai une décharge d’excitation en pensant à mon pauvre mari incapable de bander!

Quand Jérôme s’absente pour aller aux toilettes, nous avons déjà bu pas mal de verre, Iris me prend la main, et me dit qu’elle est très attirée par moi, ma réponse est simplement que je suis trempée, comme elle peut le vérifier en remontant un peu la main qu’elle a posé sur ma cuisse. Nous décidons de finir la soirée à la maison et nous voici tous les quatre dans un Uber. Jérôme à l’avant et moi entre les deux, à subir leurs caresses de plus en plus appuyées, leurs baisers. C’est la première fois qu’une femme m’embrasse! A trente ans cela fait un peu couillon, mais je n’ai jamais essayé ni eu envie! C’est si… différent, c’est fou cela. Iris m’embrasse divinement, j’ai l’impression de m’enfoncer dans la ouate, c’est tellement doux, précis, tendre. Quand Louis prend sa place, c’est autre chose, tout aussi agréable il est vrai.

Arrivés à la maison, nous déplions le canapé et nous effondrons dessus pendant que Jérôme nous prépare du champagne. Il n’est pas en reste et vient nous rejoindre. Iris est rapidement nue, j’avoue que j’adore son corps, son absence de complexe, ses énormes seins, mais au contraire des miens, très mous, c’est étrange comme sensation. Je reste en corset bas et chaussures, Louis trouve cela tellement plus érotique. Seul Jérôme reste habillé, personne ne lui pose de question, ils nous prennent comme nous sommes. Quand je vois Louis nu, je comprends qu’Iris monte pour sortir avec lui. Sa queue est vraiment énorme et impressionnante, si belle aussi. Je n’ai plus qu’envie d’elle et je le supplie de me remplir profondément, en me mettant à 4 pattes.

Louis ne se fait pas prier, et la sensation est incroyable. Jamais je n’ai eu un tel mandrin en moi, et toute la tension érotique de la soirée s’exhale dans un orgasme ébouriffant. Jérôme fait un cunni / doigtage à Iris qui semble partir tout aussi vite, tandis que Louis continue de me limer, voulant me faire crier à nouveau. Nous enchainons les positions et les partenaires, jusqu’à ce que je voie l’énorme sexe disparaître entre les fesses d’Iris. Elle est incroyablement ouverte, et me demande de venir la doigter. Je n’ai jamais fait cela, aussi j’y vais très doucement. Elle me pousse à ajouter les doigts, les uns après les autres, c’est une sensation folle que de la voir si ouverte. Certes j’ai une main fine, mais quand même. Les doigts sont tous dans son sexe, je les fais aller et venir doucement, la faisant râler dans un état à moitié comateux.

Elle prend mon poignet, le pousse à l’intérieur d’elle, cela résiste, puis je me retrouve toute la main dans son sexe, enfermée avec une pression de folie. Je la fiste, je n’en reviens pas. Et Jérôme qui reprend ses va et vient, je le sens passer, j’ouvre la main pour le saisir, au moins pour le serrer. Il ouvre des yeux stupéfaits et se met à jouir dans une violence de coups qui fait aussi partir Iris. Quels baiseurs ces deux-là! Iris me montre comment enlever ma main, son sexe est béant, cela m’excite tant, je réalise alors que Jérôme me léchait pendant ce temps-là et je pars dans un nouvel orgasme.

Plus tard, je sens la queue de Louis se poser sur mon anus, peser un peu. Je n’ai jamais été sodomisée, et je ne me sens pas prête même si très excitée. Je me dérobe, il me sourit. Il répète la même chose sur Jérôme, au travers de son pantalon, provoquant la surprise chez Jérôme, et une décharge chez moi. Cela m’excite terriblement de voir mon homme se faire sodomiser. Je n’y ai jamais pensé avant, mais quel trip! Il est vierge comme moi et se dérobe également. Je me note que ce n’est que partie remise.

Nous sommes tellement épuisés que je remarque à peine le départ du jeune couple, lui aussi passablement cassé! Quelle soirée. Je trouve la force d’enlever mon corset tandis que Jérôme se déshabille. J’avais oublié sa cage! Si j’avais encore un peu d’énergie je me masturberais, car elle m’excite fort, mais je n’en peux plus. Notre dernier baiser est passionné, je le remercie pour cette soirée, il me remercie pour tout ce plaisir que nous avons pris. Jamais nous n’étions allés si loin dans le sexe! Il vient se coller dans mon dos pour dormir, je sens la cage entre mes fesses, c’est prodigieux, j’adore ce pouvoir.

Bir yanıt yazın

E-posta adresiniz yayınlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir

beylikdüzü escort